La route Napoléon, une route pas comme les autres

Longue de 328 km, inaugurée en 1932, la route Napoléon, c’est bien la route empruntée par l’Empereur en mars 1815. Pour reconquérir la France, il devait atteindre la capitale, en trompant la vigilance de ses ennemis. Cette fantastique épopée commençait à Portoferraio sur l’île d’Elbe ; une fois à Golfe Juan, il débarqua accompagné de 1 028 hommes pour poursuivre sa route vers Grenoble. Comme quoi ces 6 jours de traversée audacieuse ont suffi à rendre mythique la route Napoléon !

La route napoléon

Une petite histoire…

Le 1er mars 1815, Napoléon s’échappe de la ville d’Elbe (archipel Toscan, en Italie), débarque alors dans le sud de la France pour réunir rapidement une grande armée et se diriger vers le nord. Les forces britanniques, prussiennes, hollandaises et belges étaient alors en alerte rouge et, pas plus tard qu’à la mi-juin, elles s’étaient mises d’accord pour former une barrière défensive au sud de Bruxelles. Un an plus tôt, le duc de Wellington avait identifiée avec précision la crête du mont Saint-Jean et la plaine qui se trouvait devant, l’endroit où il voulait vaincre les forces de Napoléon. C’était juste au sud d’un village qui se nommait Waterloo.

Le 16 juin, l’armée de Napoléon entre en Belgique dans le village frontalier de Hestrud, au sud-ouest du pays. Presque immédiatement, les Français se sont engagés dans deux batailles acharnées avec les forces alliées. Ils ont vaincu les Prussiens à Ligny, mais pas de manière décisive ; tandis qu’à Quatre Bras, une partie de la force française a affronté l’armée belgo-néerlandaise, qui a été sauvée de justesse lorsque les troupes de Wellington sont arrivées pour imposer une impasse. La première escale de Napoléon en Belgique a eu lieu dans le magnifique village de Ragnies, près de Thuin, où la distillerie Biercée produisait encore le Mandarine Napoléon, un mélange de cognac et de mandarine, la boisson préférée de l’Empereur. Les troupes napoléoniennes ont ensuite avancé à travers Charleroi, une ville où il a rejoint les Marshall Ney et Fleuris. Le 17 juin au soir, Napoléon s’arrête à la ferme de Caillou, au nord de Genappe, et prépare ses plans de bataille finaux. Le musée de la ville contient encore le masque de Napoléon et de nombreuses reliques de ce fameux champ de bataille. Pour partir en randonnée avec son sac à dos, il suffit de demander une carte gratuite auprès des offices de tourisme locaux qui permettront de suivre l’itinéraire et de visiter certains des 150 monuments, pierres tombales et musées commémorant l’avancée de Napoléon. Ce fascinant sentier de 90 km se termine même à Waterloo.

L’itinéraire de la route Napoléon

Le parcours traverse 4 départements, 2 régions et 40 villes. Un panneau vert avec « l’Aigle Impérial » vous rappelle que vous êtes sur la route Napoléon, ainsi qu’une plaque commémorative à Upaix, Malijai ou Digne… Aujourd’hui, la route Napoléon attire des milliers de visiteurs qui la traversent en voiture, à vélo, sur 2-roues, à pied et même à cheval!
L’essentiel de l’itinéraire fait partie du réseau routier actuel, à l’instar de la RN85, mais une petite partie reste encore inconnue car elle se trouvait sur des chemins inexploités ; par exemple sur la rive gauche de la Durance entre Malijai et Sisteron via Volonne et une autre entre Barrême et Digne-les-Bains.

Les randonnées sur la route Napoléon

Pour célébrer le bicentenaire de la route Napoléon (1815 à 2015), des organisations touristiques ont inauguré les Randonnées de la route Napoléon, qui ont pour vocation de partir sur les traces de l’Empereur dans cette partie des Alpes de Haute-Provence. En effet, pour son bicentenaire en 2015, la route Napoléon a invité les randonneurs et amateurs d’excursions à découvrir les traces de Napoléon à travers les sentiers et villages chargés d’histoire. En une seule journée, vous pouvez donc découvrir le parcours mythique de l’Empereur à votre rythme, et au gré de vos disponibilités et de vos capacités physiques.

Découvrir la route Napoléon… à pied

En juillet 2015 a été inauguré l’itinéraire de la « route Napoléon à pied », un sentier de randonnée pédestre qui relie Grasse, dans les Alpes-Maritimes, à Sisteron, dans les Alpes de Haute-Provence. Sur un trajet de 165 km, cet itinéraire vous permettra de découvrir les villages où passait jadis la troupe de Napoléon, ainsi que les points d’étape de l’Empereur en mars 1815. Il traverse donc les communes de Peyroules, de La Garde, de Castellane, de Senez, de Barrême, de Chaudon-Norante, d’Entrages, de Digne-les-Bains, de Chauffaut St Jurson, de Mallemoisson, de Mirabeau, de Malijai, de L’Escale, de Volonne, de Salignac, d’Entrepierres et de Sisteron.

Découvrir la route Napoléon… à cheval

Le « Grand itinéraire équestre », faisant référence à la « route Napoléon à cheval », est l’itinéraire de randonnée qui vous permettra de parcourir la fameuse route à cheval. Il s’agit d’un ensemble de sentiers balisés, longs de 360 km au total, qui ont été spécialement aménagés pour les cavaliers. Inauguré en mai 2015, l’itinéraire équestre a été ensuite labellisé « Grand itinéraire équestre » en mars 2016, sous l’initiative du CNTE (Comité national de tourisme équestre) et de la FFE (Fédération française d’équitation. La route Napoléon à cheval traverse 4 départements contenant plusieurs communes et villages où l’Empereur a passé pour sa grande traversée en mars 1815. Parmi les points d’étape de l’itinéraire, citons Peyroules, La Garde, Castellane, Senez, Barrême, Chaudon-Norante, Entrages, Digne-les-Bains, Le Chauffaut St Jurson, Mallemoisson, Mirabeau, Malijai, L’Escale, Volonne, Château-Arnoux St Auban, Aubignosc, Peipin, Salignac, Entrepierres et Sisteron.